Le sommaire  
 
MIZORAM-MANIPUR
CHINE
JAPON
INDE
ASIE CENTRALE
EUROPE ORIENTALE
AFRIQUE
AMERIQUES
OCEANIE
HYPOTHESES HISTORIQUES
DANS L'ACTUALITE
 

    La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

    Le Courrier  
 
>Voir 
 

    Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > HYPOTHESES HISTORIQUES
 
HYPOTHESES HISTORIQUES  Imprimer   Envoyer par mail
 


28 décembre 2006 / 18h23
- HISTOIRE DES TRIBUS PERDUES

De l'an 2881 à 3389 du calendrier hébraïque En l’an 3202, Hochéah ainsi que son allié le roi d’Egypte So, décident de ne plus payer les taxes de vassalité aux Assyriens.
Le roi Salmanassar V lance une longue campagne militaire à la tête d'une gigantesque armée. Il écrase les armées israélites et signe la reddition du roi d’Israël Hochéah qu’il déporte avec des milliers d’hommes. Mais, suite à une nouvelle insurrection des israélites, le roi assyrien chargera ses troupes de faire le siège de la Samarie, auquel participeront des mercenaires hamonites, moabites et arabes. Celui-ci durera trois années et marque la fin du royaume d'Israël.(voir Galout Achour)
3205 / - 556
Chute du royaume d’Israël et dispersion des dix tribus.

En l’an 3205, le roi d’Israël Hochéah, ainsi que son gouvernement sont déposés suite à la troisième campagne militaire des assyriens et au terme de trois années de siège et de durs combats ; « Il exila Israël de son pays où ils sont encore aujourd’hui », les Rois II, 17-23. Le roi Salmanassar V déportera des milliers d’hébreux et ordonnera la colonisation des villes israélites de la Samarie. La capitale de Samarie est rebâtie et gouvernée par les assyriens. Des milliers d’israélites seront enrôlés de force dans les légions assyriennes. Cette date marque la fin du royaume d'Israël qui avait été fondé par Jéroboam en 2964, ainsi que la dernière étape des déportations massives des dix tribus hébreux, événement qui porte le nom de Galout Achour.
Enquête ; Que savons-nous des Dix Tribus d’Israël ?

En 3205, dans le cadre de la Galout Achour, les 10 tribus d’Israël, soit Issakhar, Zévouloun, Dan, Acher, Gad, Ménaché, Ephraïm, Chimhon, Naftali et Réouven ont été déportées et disséminées parmi les peuples par les Assyriens. Ils sont encore de nos jours inconnus pour la majorité d'entre eux. Toutefois, la saga des dix tribus ne s’arrête pas là. Certaines sources hébraïques soulignent que tous n’ont pas en faite quitté la terre d’Israël. Les déportations s'étaient étallées sur plusieurs années en même temps que ce déroulaient d'autres évenements politiques. Aussi, nombreux profitèrent de retourner en Erets Israël à leurs risques et périls lors du retour des éxilés sous Hézra. En tout temps, leur recherche parmi les peuples fut active. De nombreux sages et historiens ont analysé les écrits, les témoignages et rendus leurs opinions publiques. Dans la tradition juive, la résurgence des 10 tribus d'Israël est liée au "temps messianique". A leur sujet, des décisions ont été émises par nos Sages dans les domaines de la législation et ont chargé plusieurs expéditions à leur recherche. Malgré certaines sources rabbiniques, qui exposent une opposition au retour "total" des premiers exilés, la tradition établit qu’aucune des tribus ne disparaîtrait totalement. Le Talmud de Babylone traité Yomah 12-a, écrit à ce sujet ; « Jérusalem redeviendra comme par le passé, le bien commun de toutes les tribus ». Dans ses prophéties, Ezéchiel écrit pour les temps futurs ; « et vous partagerez le pays entre vous, selon les tribus d’Israël », Ezéchiel, 47-17.
Les 10 tribus d'Israël ; qui sont-ils ? où sont-ils ? combien sont-ils ?

Afin de répondre à ces questions, nous proposons une analyse basée sur les travaux du spécialiste et dirigeant de l’association "Mon peuple revient", le rav Elyhaou Avihaïl - (voir Galout Achour). Dans ses écrits, il expose plusieurs hypothèses quant à l’appartenance de certains peuples aux dix tribus d’Israël. Le rav Avihaïl considère que la grande majorité des dix tribus ne se souviennent pas de leur réelle ascendance au peuple hébreu et ne vivent pas comme des Juifs, c'est-à-dire, selon la loi orale et écrite. Selon le Talmud de Babylone traité Yébamoth, ces 10 tribus portent le statut de non juifs, mais souligne qu’ils reviendront tous par la conversion.

Le rav Avihaïl donne une liste des peuples qui ont une affiliation probable avec les Juifs. Il dénombre 15 millions d’Ibous qui vivent au Nigeria et au Biafra, deux millions d’Imbassa, quatre millions de la tribu Inoum de Somalie et une tribu au Zaïre. Il explique qu’il faut rechercher les tribus vers l’Orient en partant d’Israël. Un groupe originaire de Somalie, les Gayoum, ont demandé au gouvernement israélien actuel à faire leur "Halyah" ou retour en Israël. Dans ses notes, il rapporte une conversation qu’il eut avec des Japonais. Ces derniers souhaitaient savoir s’il était possible qu'ils descendent des dix tribus d’Israël. Il rapporte aussi les avis contradictoires de certains rabbanim quant à l’origine de tel ou tel peuple. Il précise que des exilés se trouveraient actuellement en Géorgie, en Azerbaïdjan, au Turmekistan et au centre de l’Asie, et qu’ils étaient connus du Maître Nahoum le Méde qui a vécut à l’époque de la Michnah, et de raby Hakiva (IIème siècle). Le groupe le plus important est les Pathans ou Patchoun. Ils vivent en Afghanistan et au Pakistan, au nombre de plusieurs millions. Ils se nomment eux-mêmes les "Bnéi Israël". Par ailleurs, des archéologues ont trouvé des pierres qui datent d’une époque antérieure à Hézra le Scribe (- 370 de l’ère vulgaire), et sur lesquelles sont gravés des caractères hébraïques. Ils établiraient que les Pathans ont de nombreux points de similitude dans leur pratique avec les lois juives. Et qi'ils ont conservé malgré leur conversion à l’Islam à la fin du VIIème siècle. Il cite au nom de l’ancien président de l’Etat d’Israël Ben Tsvi, un connaisseur en matière de recherche des dix tribus, qu’un ouvrage de la généalogie des tribus se trouverait entre les mains de ce peuple.

Le rav Avihaïl cite aussi les "Bnéi Ménaché" d'Inde. Ils seraient représentés par des tribus de Birmanie dont la tribu de Chilong, ils sont au nombre de deux millions et vivent en Inde, dans l’état de Mizoram, à Manipur et en Birmanie. Près de 45 000 pratiquent une "forme de judaïsme", ils sont convaincus d’appartenir aux dix tribus et ont demandé officiellement à faire leur "Halyah", littérallement la "monté" ou retour en terre d'Israël. Ils auraient voyagé de l’Afghanistan vers la Chine au XIIIème siècle et se seraient ensuite enfuis vers la Birmanie. On distingue aussi sept millions de Karens et trois millions de personnes de la région du Kachin. Ils croient en un seul Dieu et connaissaient la Bible hébraïque bien avant l’apparition d’évangélistes chrétiens. Ils disent s’être assimilé par leurs mariages à des femmes chinoises. Ils ont manifesté au cours du XX ème siècle et à plusieurs reprises leur volonté auprès des autorités israéliennes, mais sans succès, de faire eux aussi leur "Halyah". Le rav Avihaïl édite une liste probable d’autres peuples, avec la réserve toutefois de l’obtention dans tous les cas de leur conversion sincère aux valeurs, traditions et lois juives ; Les "Beitha Israël", plus connus sous le nom des Falachas, les "Bnéi Israël" de l’Inde et ceux originaires du Kurdistan et de Boukhara. Il soutien que des Hébreux se seraient installés autour de Bombay, ils connaissaient la prière quotidienne du "Chémah Israël" dont le récit est lié à l’histoire de Jacob et de ses 12 fils. Ils se sont rapprochés du judaïsme au XVIII ème siècle grâce au rav David Ezékiel Rahabi de Cochin, puis ont connu une seconde période de rapprochement au XIX ème siècle lors de l’installation à Bombay de Juifs venus d’Irak. De cette même région, un peuple de sept millions d’habitants au Nord du Cachemire revendique aussi son appartenance aux dix tribus. Ils portent la barbe, ne se rasent pas les coins comme l’ordonne la loi, allument les bougies de Chabat et ont comme insigne l’étoile de David. La tribu des Tchiang dans le Nord-Est de la Chine a été identifiée comme appartenant aux dix tribus. Ils sont environ 250 000 et ont des coutumes similaires à ceux des Hébreux. De nos jours, des Japonais feraient une enquête sur la probabilité de leur appartenance aux dix tribus, du fait que de tout temps leurs empereurs ont été circoncis à huit jours.
Qui sont les Rékabites ?

En 3205, à la suite des déportations des 10 tribus d'Israël, Yonadav ben Rékab, organise une résistance contre la pratique de l’idolâtrie. Il serait selon les sources hébraïques un descendant de Jéthro, le beau-père de Moïse et le prêtre de la ville de Midian (Médine). Il fonde une communauté connue sous le nom des Rékabites qui résidera à l’écart de toute civilisation. Ils s’interdiront pendant toute leur vie de boire du vin, de construire des maisons neuves en signe de deuil, de posséder des vignes et des champs. Le prophète Jérémie fait l’éloge de ce groupe dans ses écrits. Le prophéte Isaïe, l’auteur du Midrach « Yalkout Chimhoni » et raby Yossef Caro, l'auteur du «Choulkhan Haroukh» le code de lois juives, donnent de brèves informations à leur sujet. Le Midrach rapporte que les descendants de Yonadav reçurent une protection divine spéciale, ils ne seront connus de tous que dans les temps messianiques.
Le rassemblement des Exilés ou point de salut sans les 10 Tribus.

Du point de vue des exégètes rabbiniques et selon le les Maîtres du Zohar, les temps messianiques seront accompagnés par la découverte et la révélation des dix tribus d’Israël, voir Galout Achour. Le Rambam rappelle l'une des étapes que devra accomplire le Machiah, c'est à dire le Messie, celle de rassembler tous les exilés du peuple hébreu, le "Kibbouts Galouyoth". Raby Don Isaac Abarbanel, célèbre exégète du XV ème siècle, en déduit qu’elles apporteront la délivrance de Jérusalem, mettant un terme aux conflits entre l’Islam et la Chrétienté, apportant ainsi la paix aux nations. Dans le chapitre des Lois sur les Rois 12-3, le Rambam écrit ; « Après la venue du Machiah, lorsque sa royauté sera établie et, que de tout le peuple d’Israël, on sera venu se rassembler autour de lui, chacun pourra connaître sa filiation grâce à l’inspiration Divine...il dira alors, untel est de filiation sacerdotale, untel est un Lévy, untel appartient à telle tribu etc...». Raby Hakiva soutient que seules les tribus de Benjamin, de Yéhoudah ou les Judéens, et la moitié de celle de Lévy, seront dévoilées. D’autres exégètes pensent que la portée de ces paroles n’est valable qu’en son temps. Ils rappellent que la première génération a volontairement perdu son statut d’appartenance à Israël en se détournant de Dieu, comme l’affirme l’exégète Rachi. Ceux qui ne sont pas retournés à l’époque de Jérémie font partie de ce groupe ainsi que ceux qui se sont profondément mélangés et assimilés aux peuples suite aux persécutions des assyriens. Raby Elyhézer pense le contraire. Comme le suppose une note additive, la "Tossefta" du Talmud de Babylone traité Sanhédrine, d’après une note de Rachi ;« que (malgré tout) les dix tribus perdues en Assyrie reviendront devant l’Eternel...». Le fondement de leur interprétation est abondant dans les écrits des prophètes Isaïe, Jérémie et Ezéchiel. Le premier confirme le retour des exilés du pays d’Assyrie. Le troisième, évoque le rassemblement des douze tribus Hébreux avec un seul roi à sa tête et la promesse divine de ne plus jamais être divisé. Le Maharal de Prague dans son livre "Nétsah Israël" précise ; « Il ne fait aucun doute que les dix tribus reviendront...puisqu’il est impensable qu’il manque une seule tribu d’Israël ». Il est important de rappeller que seul les Hébreux originaires des tribus Yéhoudah, les Judéens ou Juifs, ainsi que la tribu de Benjamin, de Simon, et les castes des Cohanim et Lévytes sont à l’origine des Juifs d’aujourd’hui.
http://www.hebraica.org/histoire.php?cahier=6&id=1209&PHPSESSID=683601949fd2813bae8675951a0f9218#1209



Haut de page Article rédigé par Y.K - Source : www.hebraica.org/
 


© tribusperdues.com 2006 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net